Les nouvelles

Je n’ai pas publié depuis le 15 mai!  Je suis désolée de cette absence de nouvelles, c’est que nous avons été assez occupés, sans avoir le temps de faire des nouvelles choses à partager avec vous.

88

Pour commencer, Baptiste est en stage de cardiologie. C’est bien (d’après lui), mais très intense avec des horaires à rallonges, des gardes prenantes, et pas mal de stress. De mon côté je me bats avec l’administration de l’école de commerce de Lyon concernant mon diplôme et j’ai travaillé pour la fête des mères.

Peu de répit pour Baptiste, entre ses journées normales, et les séminaires de cardio, donc les week-ends se sont fait plus reposants. Et  ensuite j’ai préparé l’arrivée de ma petite famille!

Les cascades de Didier

Après les vacances à Sainte-Lucie, la visite des amis de Baptiste et avant la venue de son père, on a profité d’un week-end ensoleillé pour aller retenter notre chance vers les cascades de Didier. 
Mission accomplie!

On crapahute dans la jungle, puis dans la rivière, le parcours est un peu galère car non indiqué mais le résultat vaut vraiment la balade.

Sainte Lucie !!

Début Avril, on s’est offert des vacances avec Baptiste, direction Sainte-Lucie !
On est parti pour 4 jours / 3 nuits en bateau, voici le détail de la semaine : 

Mercredi 8/04/15

Départ à l’aube du marin, traversée en bateau à moteur dure dure car pour aller sur Sainte Lucie il faut traverser le canal de Sainte Lucie, et ça secoue. A l’arrivée, on a récupéré la voiture de location (4×4 obligatoire vu l’état des routes et le relief de l’île). Puis direction le sud. On a voulu s’arrêter et profiter d’un endroit magnifique appelé Marigot Bay, où la plage et les restaus/hôtels s’atteignent par bateau. Malheureusement le temps ne fut pas très clément et nous avons eu le droit à une grosse et longue averse. Donc un bon petit restau avant de repartir. Nous avons mis le cap sur l’Anse cochon (avec beaucoup de concentration à cause de la conduite à gauche mais Baptiste s’en est admirablement sorti) et le temps s’est provisoirement amélioré ce qui nous a permis de profiter de cette plage magnifique. Au programme baignade et snorkeling, mauvaise surprise le retour de la baignade s’est fait sous une pluie diluvienne.  Nous avons rassemblé nos affaires et nous sommes partis ers La Souffrière où nous avions réservée notre première nuit d’hôtel. Et quelle aventure de trouver la guesthouse (chambre d’hôte) que nous avions réservée. On a vadrouillé un moment malgré les indications des gens avant de la trouver! (Les saints-luciens sont très sympas, abordables et toujours prêts à discuter ou renseigner les touristes un vrai bonheur). Heureusement en arrivant, bonne surprise. La chambre était parfaite et avec clim et wifi! Nous avons dîné dans le restaurant d’un hôtel et profité d’une bonne nuit de sommeil.


Jeudi 9/04/15
Réveil de bonne heure, quête d’un petit déjeuner, et en route vers les Sulfur Springs. Vous l’aurez compris au nom, Sainte Lucie, comme toutes les îles des Antilles et une île volcanique. Sauf qu’à Sainte Lucie l’activité terrestre et très active. Et donc, Sulfur Springs est un parc volcanique aménagé pour les visiteurs. Attention aux nez sensibles, odeur d’oeuf pourri très très présente (à cause du souffre, je ne pensais pas y être sensible mais ça a été une sacrée épreuve pour moi). On visite le musée scientifique, on approche des sources d’eau chaude naturelle, on observe les rejets de gaz preuve de l’activité volcanique en cours, et surtout on fait un bain de boue de fer, suivi d’un bon bain chaud dans les sources. Au top, c’était un moment bien chouette malgré les odeurs, les guides sur place sont très accueillants, et expliquent l’histoire du volcan et les précautions prévues en cas d’irruption.
Quand bien même j’étais contente de changer de lieu ne serait-ce que pour pouvoir de nouveau respirer sans avoir envie de vomir, car l’après midi était consacrée à la plage. On est allé sur l’Anse Mamin, une très belle plage ombragée de sable noir, où un hôtel de luxe a déposé son restaurant de plage. Pour déjeuner, des rosties, en fait c’est un wrap rempli de viande ou poisson avec des légumes et le plus souvent au curry. C’est très bon. Le tout arrosé de la bière locale, la Piton. Puis en fin d’après midi nous avons pris la route vers le nord pour dormir à Rodney Bay, dans une petite guesthouse au bord de l’eau.
 Vendredi 10/04/15
Réveil en douceur, petit déjeuner au top à la Marina (et oui c’est anglais influencé américain, donc super café, bagels, cream cheese etc). Puis direction Castries pour découvrir la ville, et le duty free. On a visité rapidement le marché, flanné dans les galeries de duty free (un vrai gros commerce là bas en raison des immenses bateaux de croisière qui y accostent), mais petite déception sur les prix pas si intéressants que ça. L’après midi nous sommes allés sur Pigeon Island, la presqu’île au nord de l’île qui est un parc naturel avec des ruines à visiter un mont à gravir pour la vue, un restaurant typique ou nous avons bien déjeuné, et de petites criques de sable blanc. On a laissé coulé l’après-midi au soleil et nous sommes rentrés à la gesthouse pour le magnifique coucher de soleil. Le soir, c’était la Friday Night, très réputée à Sainte-Lucie. Explications: Un peu partout sur l’île, mais particulièrement sur Gros-islet, la rue principale des villages ferment à la circulation et devient un lieu de réjouissances. Des barbecues improvisés partout, viandes ou poissons au choix, des stands pour acheter bières, et autres alcools, une grosse scène musicale et des gens partout qui font la fête. Mais le mieux c’est que tout le monde est plus que bienvenu. De 7 à 77 ans, Saint-Lucien ou touristes, tout le monde se mélange pour partager un vrai moment de fête ambiance bonne enfant garantie, nous avons adoré !

Samedi 11/04/15

Le retour… On a commencé la journée avec un bon petit déjeuner au bord de LA plage de Sainte-Lucie, et puis on est allé rendre la voiture, et nous avons attendu l’heure du bateau à la marina, au calme et au frais. Le retour en bateau fut moins difficile que l’aller ouf! Nous avons juste eu le temps de déposé nos affaires à la maison que des amis de Baptiste arrivaient pour les vacances.

En résumé c’était une semaine superbe. L’île est plus sauvage que la Martinique, les résidents adorables, les paysages fabuleux. Je vous laisse profiter des photos et de la super vidéo que Baptiste à faite en souvenir!
 

Randonnée Didier – Absalon

Bonjour, bonjour, 
 
Excusez mon manque de nouvelles ces temps-ci, mais nous avons reçu du monde à la maison, nous sommes partis en vacances, et je n’ai pas trouvé de temps pour tout vous raconter.
 
Je vais donc mettre plusieurs articles en essayant de suivre un ordre chronologique.
 
Début avril, nous avons tenté d’aller faire les cascades de Didier, une belle randonnée au bord de la rivière. Mais on s’est un peu trompés de route, ce qui a abouti à une autre randonnée! Nous avons donc fait le parcours Didier – Absalon, qui relie la station d’eau de source à la station thermale. C’est un joli parcours assez au bord de l’eau, très ombragé. Je vous mets une petite vidéo pour vous donner une idée du parcours.

Visite de l’anse Caffard et du mémorial du Cap 110

Un dimanche un peu grisâtre, nous sommes allés nous promener vers Le Diamant, et nous avons été admirer le paysage près du mémorial du Cap 110. Pour la petite histoire, les plages du Diamant sont battues par une forte houle, d’ailleurs en passant à l’anse Caffard ce jour là avec Baptiste on a été surpris de la violence des rouleaux et de la houle.
A l’époque de l’esclavage, un bateau négrier en provenance de Guinée (Cap 110° d’où le nom du mémorial), s’est ancré au large de la plage du Diamant. Des nobles de l’époque conscients du danger que représentait le lieu pour ce navire leur ont émis des signaux d’alarme mais le temps n’a pas permis au bateau de les apercevoir. Et au beau milieu de la nuit, le navire s’est fait emporter par la houle, s’est écrasé contre les rochers, et a coulé noyant avec lui de très nombreux esclaves et les membres de l’équipage. Les quelques rescapés ont été soignés puis déportés à nouveau vers l’île de Sainte-Lucie car leur condition d’esclaves ne leur permettait pas d’être considérés comme des humains mais comme des objets. Ils ne pouvait donc pas être libérés. 
 
Le mémorial a été érigé sur la falaise témoin du drame, au dessus des flots tumultueux et en direction de leur pays d’origine, pour ne pas oublier les ravages de l’asservissement des êtres humains.