La fête patronale de Sainte-Marie

Pas de bal des pompiers pour célébrer le 15 août, mais des courses de chevaux à Sainte-Marie. Sainte-Marie, célèbre en Martinique pour son tombolo (banc de sable reliant l’île à des îlet en face de la commune), est située côté atlantique. On doit vous avouer que l’on y va pas très souvent à cause des tonnes de sargasses qui affluent sur les plages, à cause des plages aussi vu que l’on ne peut pas s’y baigner car la mer et les courants y sont trop dangereux. Mais on y va volontiers pour la distillerie Saint-James, et sur les conseils des locaux, pour le 15 août.

IMG_3029

La commune ferme tout le bord de mer à la circulation ce qui crée un joyeux bordel point de vue parking. Heureusement on a eu de la chance pour trouver une place ( et une mini voiture ça aide), ensuite balade à pied sur la promenade de la plage où sont installés des stands de nourriture, de jeux de dés, et même des manèges! (c’était la première fois qu’on en voyait sur l’île). On a profité d’un déjeuner en terrasse pour patienter avant les courses de chevaux et de mulets qui étaient programmées.

C’était surprenant de voir comme les courses animent et passionnent la foule. Par contre organisation antillaise donc accidents à la pelle et, d’après nos ouïe dire, pas de médecins sur place en cas de problème (heureusement qu’il y en avait dans la foule!^^). C’était un beau moment et une découverte originale, je n’aurais pas pensé qu’une commune pouvait profiter d’une fête calendaire pour se célébrer. Et après un gros coup de chaud on est rentré sous la pluie à la maison!

Publicités

Grand Rivière et la Distillerie J.M

Vous savez, on est en pleine saison des pluies ici, de l’autre côté de l’atlantique. Il ne pleut pas sans cesse des jours et des nuits entiers, mais on ne peut pas dire qu’il fasse franchement beau. Alors la fin des vacances de Baptiste se passe plutôt sur le canapé à regarder des séries et à coller des moustiquaires partout dans la maison pour éviter que les bestioles viennent se faufiler chez nous.

On s’est tout de même fait violence l’autre jour pour aller visiter la distillerie J.M, située à Macouba, loin dans le nord atlantique de l’île. Après 1h30 de route, beaucoup de virages, et divers paysage on est arrivé à Basse Pointe. Le paysage change un peu jusqu’à Grand-Rivière, j’ai trouvé le relief plus plat, c’est très humide puisque c’est situé juste derrière le volcan qui bloque les nuages de pluie, et du coup c’est très vert. Les routes sont moins chaotiques que je ne l’aurais pensé et j’ai trouvé que les infrastructures étaient mieux entretenues qu’en d’autres lieux. Enfin tout ceci n’est que détail.

IMG_2971

Nous sommes donc arrivés à la distillerie. Un bel accueil, des infrastructures travaillées, mais ce qui nous intéressait vraiment c’était le tour en 4×4 de l’exploitation. On a donc pris rendez vous et on est allé déjeuner dans Grand-Rivière en attendant. Et la surprise on passe sur des ponts pour atteindre ce dernier village, on est plongé dans une jungle luxuriante et on arrive sur la ville à flan de falaises, coupée en deux par la rivière. De petites routes pavés, des fresques, des couleurs partout, c’est vraiment un bel endroit. On était un peu pressé par le temps donc on a pas pu prendre beaucoup de photos mais dès que l’occasion se présente de retourner dans le nord, je compléterai la collection car c’était très sympathique.

Après un déjeuner chez Tante Arlette, nous sommes allés faire notre tour en 4×4. LE guide un métro, était particulièrement agréable. Avec son accent campagnard, ses « oui M’dame, oui M’sieur », et ses multiples explications il nous a fait partager ses connaissances sur la flore martiniquaise. On a longé des potagers, des bananeraies et on a visité pour la première fois une « usine » ou exploitation de banane. En gros on a découvert les locaux ou ils nettoient et trient les bananes depuis le régime jusqu’à la mise en carton des différentes variétés (au passage si en magasin vous achetez de la qualité supérieure sachez qu’elle provient du même régime que la qualité inférieure et que leur différence est uniquement dans le visuel… à bon entendeur).

Le guide nous a montré les machines destinées à la coupe de la canne, la moitié du domaine de la rhumerie et les différents types de cannes qui mènent aux différents types de rhum que l’on retrouve à la boutique. A la fin du parcours, on a visité la distillerie et à la fin de la visite on a pu profiter d’un atelier olfactif très intéressant. ils ont installé les rhums dans des fioles permettant d’en saisir les arômes, de les départager et de les identifier séparément. C’est une expérience agréable qui permet de mieux orienter la dégustation qui vient ensuite. On est reparti avec un verre pour notre collection et du sirop de sucre de canne (Baptiste est trop sous le charme du Neisson pour lui faire des infidélités avec un JM apparemment).

C’était une belle journée pleine de découvertes, pleines d’averses, et pleines de saveurs.

Saint-Martin

4 jours au paradis!

IMG_2773

Vous devez savoir qu’on a pris une décision dès le départ avec Baptiste, puisque nous sommes aux Antilles, autant profiter de nos vacances ici pour visiter les autres îles plutôt que de rentrer en Métropole. Cette fois ci, nous sommes donc partis à Saint-Martin pour de merveilleuses vacances!

Pourquoi Saint-Martin?

Pour commencer, de nombreuses personnes que l’on connaît y sont allés et nous ont dit que leur séjour était top, et qu’il fallait vraiment qu’on y aille. Ensuite, on voulait voir ces magnifiques plages! Et puis une île partagée entre la France et la Hollande ça a quelque chose d’atypique qui nous attirait. Alors on a tenté.

Qu’est-ce qu’on y a fait?

Pour commencer on y est allé en avion, 2h, deux vols, avec une escale en Guadeloupe, et à l’arrivée direction un joli petit hôtel (hôtel Hévéa) à Grand-Case, côté français. Tout propre cet hôtel, décoré avec goût en rose et blanc, avec la clim! (et heureusement). Oui je dis heureusement car la première chose que nous avons constaté c’est la sécheresse environnante, et la chaleur bien plus sèche et donc plus accablante en un sens qu’en Martinique.

On a loué une voiture et la visite a commencé. Le premier jour on voulait faire le tour de l’île le matin et ensuite aller profiter d’une belle plage. Alors on a visité Marigot (capitale du côté français), puis le côté hollandais. On a déjeuné sur la côté orientale et on a filé passer l’après-midi à l’anse Marcel. Un vrai petit coin de paradis avec une eau magnifique. Le petit hic de Saint-Martin, c’est que sur les plages il n’y a pas d’ombre du tout. En fait l’île est très souvent touchée par les ouragans donc il n’y a pas grand chose en végétation, en tout cas pas de coin très ombragé pour se poser. Si on ajoute les hôtels de luxe qui squattent les plages avec leurs transats et leurs parasols, ça laisse peu de place pour installer sa serviette. On s’est donc offert 4 jours (ou presque) de transat, pour vraiment profiter de vacances reposantes sans brûler sous les UV.

Le premier soir, dîner dans les « lolos » de Grand-Case. Les lolos, se sont des restaurants de grillades à la bonne franquette au bord de la plage, c’est convivial et pas cher mais cela pourrait quand même être un peu meilleur. De manière générale sur cette île, il faut faire attention à ne pas se faire arnaquer sur les prix. Enfin cette première soirée s’est terminée avec un petit feu d’artifice à l’occasion de la fête de Grand-Case et une bonne nuit de sommeil dans un énorme lit queen size.


Le lendemain matin on est allé visiter Philipsburg, la capitale du côté hollandais. C’est vraiment une jolie petite ville colorée, où le duty free et le rabatage vers les différentes bijouteries fait loi. On a flanné parmi toutes ces montres de collection et diamants, tanzanites en tout genre, et puis on a déjeuné tranquillement à l’ombre d’une terrasse. Nous avons découvert la « Guavaberry », unique production locale (en effet l’île ne vit que du tourisme). La « Guavaberry » c’est une liqueur à base de petites baies violettes (genre myrtilles) et ils s’en servent pour réaliser divers cocktails dont la « Guavaberry Colada », c’est délicieux.

L’après-midi nous sommes allés à Baie Rouge, côté mer des Caraîbes, pour se baigner et découvrir de jolies petites plages cachées et désertes derrière les rochers. C’était un décor vraiment fantastique. Le soir on a profité des rues de Grand Case sans faire d’excès pour pouvoir profiter du lendemain.

Pour l’avant dernière journée, on est allé visiter l’îlet Pinel. A seulement 3 minutes de bateau se trouve une jolie petite île avec un banc de sable, 2 restaurants de plage, pleins de transat, des touristes et des iguanes partout. C’était vraiment beau, et cette eau.. magique. Par contre, encore une fois à cause des cyclones qui ont malheureusement tout détruit, il n’y a rien à observer sous l’eau, les récifs repoussent doucement mais sont quasi inexistants. Au retour de Pinel, encore une petite ballade sur une autre plage et nous avons été nous promener sur les hauteurs de l’île  pour admirer le paysage. Il faut dire que c’est assez surprenant car l’eau pénètre dans les terres formant un lagon. Vu de haut c’est un paysage qui intrigue.

Pour le dernier soir on a mangé au Calmos Café (sur les recommandations d’un ami). Ils nous ont installé une petite table juste au bord de l’eau pour cette dernière soirée en amoureux c’était vraiment magique. Encore une petite baignade le lendemain matin, un cocktail, et nous avons dû reprendre l’avion pour rentrer.

Ce qu’on peut dire de Saint-Martin, c’est que c’est très beau, en grande partie grâce aux plages, c’est très voire trop chaud et sec, le côté hollandais est tout en démesure, c’est très cher un peu partout sur l’île (sauf l’essence), on y boit uniquement de l’eau en bouteille (à des prix exorbitants), et c’est à visiter en court séjour. Entre 3 et 5 jours pour profiter de l’île et 1 à 2 jours de plus si on se laisse tenter par Saint-Barth et Anguilla qui sont juste à côté (on aurait bien aimé y faire un saut..). On a passé de très beaux moments et on en a pris plein les yeux, tout pour faire de beaux souvenirs!